L’équipe

Continue

Ladybird, c’est coccinelle en anglais, le seul prédateur de la création qui porte bonheur. Un paradoxe ? A voir. Un cri de ralliement à la Audiard ? Sûrement.

Ladybirds Films, des couleurs qui pètent, des idées qui volent et des pucerons qui détalent.

Ladybirds Films est une société de production indépendante fondée par Hélène Badinter en 2008. Son catalogue compte une soixantaine de films TV diffusés en France et à l’étranger, récompensés par des succès d’audience et critiques, sélectionnés et primés dans des festivals. Au cœur de son activité, elle place le documentaire sous toutes ses formes. Qu’il soit sociétal, culturel, historique, géopolitique, d’investigation, le point commun des documentaires estampillés Ladybirds Films, c’est la singularité du point de vue, la prégnance du sujet et l’impertinence de la forme. Les producteurs qui y travaillent ont des goûts éditoriaux bien tranchés, mais ils ont en commun une appétence pour les projets qui provoquent une persistance rétinienne une fois l’écran éteint. Cet esprit créatif, l’équipe de production l’instille maintenant dans le domaine des nouvelles écritures avec le webdoc interactif et le serious game.

Depuis le bien nommé La Lucarne de Thierry Augé avec la Sept et FR3, sa première production solo en 1988 primée par la SCAM au Festival Filmer à tout prix, Hélène Badinter accompagne les auteurs. Welcome Europa de Bruno Ulmer, avec ARTE France, le premier long-métrage documentaire français sélectionné au Festival de Sundance en 2007 et Annie Girardot, Ainsi va la vie de Nicolas Baulieu, le documentaire à trois millions de téléspectateurs sur TF1, c’est elle. En tant que productrice, elle a passé 28 ans au sein de sociétés comme Image et Compagnie ou à la tête des documentaires de Son et Lumière pour défendre les histoires à raconter et le point de vue des auteurs qui les racontent.

En mars 2008, muée par l’envie d’exprimer son goût des autres à sa manière Hélène Badinter crée Ladybirds Films. Christine Lentz, Sunna Altnöder et Laura Barraud, ses associées de la première heure ont participé au lancement.

Ladybirds Films a maintenant l’âge de raison, un catalogue d’une soixantaine de films et une communauté ouverte d’auteurs, de réalisateurs, de techniciens et de compagnons de route qui se retrouvent dans la maison de production de la rue de Babylone. Ces dix années ont été fertiles en terme de rencontres, de projets, de succès critiques et d’audiences, de récompenses et de nouveaux paris professionnels.

En créant sa propre société de production, Hélène voulait pouvoir exprimer son goût des autres, à sa manière et avec des associées muées par une même envie de subjectif. Ce vœu fondateur a pris forme en mars 2008. Ladybirds Films est donc née six mois avant l’effondrement de la finance mondiale. Comme disait un philosophe à moustaches, « ce qui ne me tue pas me rend plus fort ».

Aujourd’hui, l’équipe s’agrandit avec Victor Hamelin, déjà bien installé dans la ruche Ladybirds. Très vite rejoint par Jules David, les deux compères sont indissociables et viennent insuffler un nouvel élan, avec leurs idées, leurs envies. Victor et Jules se sont rencontrés là où le soleil est présent toute l’année, là où les cigales chantent de la rosée du matin jusqu’en soirée, à Montpellier, entre Provence et Aveyron. 

Avec une telle équipe, c’est la promesse de jours colorés, de projets exaltants, de croissance à taille humaine, sans rien lâcher, de continuer à se démener pour « défendre les histoires à raconter et le point de vue des auteurs qui les racontent. ». 


***